Pourquoi certaines personnes sont plus déprimées en hiver ? - Homo Medicalus

by Idris Amrouche


Posted on 09 Nov 2014 at 14:27 1765


Pourquoi certaines personnes sont plus déprimées en hiver ?

Les scientifiques ont découvert une cause biologique au spleen d’hiver, pouvant expliquer les troubles affectifs saisonniers (TAS), alors que d’autres adorent ces périodes, les plus glaciales de l’année.

Est-ce un hasard si Charles Baudelaire écrit à sa mère, Mme Aupick, le 30 décembre 1859 : « Ce que je sens, c'est un immense découragement, une sensation d'isolement insupportable, une peur perpétuelle d'un malheur vague, une défiance complète de mes forces, une absence totale de désirs, une impossibilité de trouver un amusement quelconque. » Une définition presque académique de la dépression. 

Peut-être que les scientifiques de l’université de Copenhague au Danemark ont remarqué que le spleen baudelairien s’exprimait particulièrement en hiver, car ils pourraient avoir identifié la cause biologique à son talent mélancolique et plus généralement au spleen d’hiver, qui peut-être parfois très sévère.

Les images du cerveau de cette étude ont révélé que les personnes qui développent ces troubles saisonniers ont moins accès à la sérotonine (hormone qui est responsable du sentiment de bien-être et de bonheur) lorsque la période de jour se raccourcit. Précisons qu’il s’agit bien d’une diminution de l’utilisation de cette hormone et non de sa quantité.

L’explication physiologique correspond à une augmentation de la production d’un transporteur de la sérotonine appelé SERT, qui transporte la sérotonine dans les cellules nerveuses.  

« Nous pensons avoir trouvé ce qui ajuste le taux de sérotonine dans le cerveau en fonction des saisons » explique Brenda Mc Mahon, la neurobiologiste en charge de l’étude. Le transporteur SERT prend en charge la sérotonine pour la ramener dans la cellule nerveuse, là ou elle n’est pas active, et plus l’activité de la SERT augmente, moins la sérotonine sera active.

Les chercheurs ont étudié le cerveau de 11 participants atteints de troubles affectifs saisonniers et de 23 volontaires sains, à l’aide d’une imagerie appelée Tomographie par Emission de Positons (TEP), afin d’examiner les différences dans le cerveau.

Ils ont découvert que les personnes atteintes de ce trouble avaient plus de SERT dans le cerveau en hiver en comparaison des volontaires sains. Alors que les deux groupes avaient la même quantité de SERT en été.

« La lumière du soleil maintient des taux naturellement bas, mais lorsque la nuit devient plus longue en automne, le niveau de SERT augmente, il en résulte une diminution de l’activité de sérotonine, » explique la scientifique.

« De nombreuses personnes ne sont pas affectées par ce trouble de l’humeur, et nous avons démontré que ces personnes ne subissent pas d’augmentation de leur niveau de SERT, donc leur niveau de sérotonine active reste le même en été comme en hiver. »

Les scientifiques ont longtemps suspecté les fluctuations de ce transporteur comme responsable du trouble affectif saisonnier, mais c’est la première fois qu’une étude démontre cette différence chez des sujets en été et en hiver.

Bien que ces résultats soient plutôt prometteurs, il est important de noter qu’il s’agit d’une étude de petite taille et que des recherches plus approfondies seront nécessaires pour confirmer le lien entre les TAS et le SERT, mais aussi le rôle que joue le soleil sur la sérotonine.

La prochaine étape sera de découvrir pourquoi certaines personnes augmentent leur fabrication de SERT quand la journée se raccourcit, alors que d’autres conservent ce taux en hiver. Une autre étude estime à 12 millions le nombre de personnes atteintes de TAS en Europe.

L’hiver approche, les journées sont de plus en plus courtes, Baudelaire a su mettre son humeur au service de son art ? Et vous ? Vous êtes plutôt d’humeur joyeuse ou dépressive en hiver ?

Articles similaires

Tags

dépression saison hiver TAS troubles affectifs saisonniers automne tristesse sérotonine SERT

Réactions

Social Networks

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter

Qui sommes-nous ?

« Au même titre que l’Homo Sapiens, et les nouveaux termes Homo Numericus ou Homo Economicus, Homo Medicalus révèle un des aspects de l’évolution humaine. Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’avait été autant étudié, compris et assisté médicalement. Homo Medicalus, révèle notre nouvelle nature. Notre corps intrinsèquement naturel, subit aujourd’hui l’évolution de la compréhension de notre physiologie, et de la société, permettant une nouvelle évolution de nos comportements, qui, tout comme l’évolution, est irréversible».


Idris Amrouche