L’étrange effet placebo, sommes nous égaux face aux gélules vides - Homo Medicalus

by Ouissam Garbaz


Posted on 04 May 2015 at 23:33 2023


L’étrange effet placebo, sommes nous égaux face aux gélules vides

 

Selon le code de la santé publique français, les médicaments doivent être composés d’une substance active (d’origine chimique ou naturelle) ayant un mécanisme d’action curatif ou préventif précis dans l’organisme.  Mais aussi d’excipients (d’origine chimique ou naturelle) qui permettent de faciliter l’utilisation des médicaments, sans pour autant présenter un pouvoir curatif ou préventif.

Ainsi les placebos ne sont pas considérés comme étant des médicaments puisqu’ils sont dépourvu de principe actifs, constitués  le plus souvent de lactose ou d’amidon.

Ces substances ne sont pas nouvellement connues, les premiers écrits traitant du placebo remontent à 1500 ans avant J.C dans Egypte ancienne. Inutile de vous dire que cela fait déjà longtemps qu’on essaie de nous faire avaler la pilule.

Voici une définition que qui date 1803, que j’apprécie, J. Fox écrit dans le Quincy's Lexicon ­ Medicum la définition suivante : « Placebo, je plairai ; un épithète donné à tout remède prescrit plus pour faire plaisir au patient que pour lui être utile »

J’entends déjà les plus pragmatiques se demander pourquoi prendre des gélules faites à base de lactose alors qu’on pourrait boire un verre de lait ? Bien vu, mais ont les utilise pour leur effet psychologique que l’on appelle « effet placebo ».  Le plus souvent on les retrouve dans les essais cliniques en tant que comparateurs si il n’existe pas de traitement équivalent.

Rassurer vous, vous n’êtes pas les seuls à vous demander le réel effet des placebos, ainsi des chercheurs de l’école de Médecine de Harvard ont mené un programme d’étude des placebos. Leur objectif était de comprendre pourquoi certains individus répondent aux placebos alors que d’autre non. 

Grâce à l’avancé du séquençage des gènes, les chercheurs ont découvert le « placebome », qui suggère que la différence de réponse pourrait est liée à la variabilité génétique au sein des neurotransmetteurs du cerveau entre les individus.

Grace aux technologies d’imagerie actuelle, il est possible de mettre en évidence l’activation de certains neurotransmetteurs en réponse aux placebos.

Ainsi depuis ces dix dernières années,  la littérature scientifique nous apprend que la variation de plusieurs voie neurotransmettrices peuvent entrainer un différence de réponse aux placebos.

Ainsi, il est légitime de se demander si les médicaments et les placebos utilisent les mêmes voies neurotransmettrices ?

Ted Kaptchuk, le directeur du Program in Placebo Studies (PiPS) du centre de Beth Deaconess en Israel et Professeur à l’école de médecine de Harvard a déclaré que les voies neurotransmettrices utilisées par les médicaments et les placebos étaient les mêmes. Ce qui pourrait suggérer une possible interaction entre les médicaments et les placebos, ce qui induirait une remise en cause  de l’approche choisie dans les essais cliniques randomisés.

En effet la plupart des placebos sont utilisés lors d’essais cliniques afin de quantifier l’amélioration des médicaments à tester lorsqu’il n’existe pas de médicaments comparateurs.

Afin de bien comprendre « le placebome » les chercheurs voudraient qu’au sein du groupe des patients qui prennent des placebos, soit présent un groupe contrôle ne recevant aucun traitement pour comparer l’effet placebo.

La découverte du placebome est très récente, cependant elle pourrait apporter de nouvelles informations permettant un meilleur design d’essai clinique, grâce à l’identification des patients répondants aux placebos.

Il est très difficile de comprendre l’effet des placebos depuis qu’il a été prouvé que malgré leur absence de molécules actives, les placebos n'ont pas tous la même efficacité, plus ils sont chers et colorés, plus l'effet placebo est important. 

Notre cerveau nous joue bien des tours,  si seulement il était possible de se guérir simplement par notre simple volonté on ne prendrais ni médicaments ni placebo.

 

Ce qu’il faut retenir :

 

§  Médicament composé d’un principe actif  + excipients/ Placebo uniquement d’excipients (ex : lactose amidon) 

§  La différence de réponse aux placebos peut être expliquée par la variabilité entre les gènes des individus « placebome »

§  Les médicaments et placebos utilisent les mêmes voies neurotransmettrices et peuvent potentiellement interagir lors des essais cliniques randomisés

§  Pour comprendre le placebome les chercheurs suggèrent de constituer un groupe  incluant des patients ne prenant aucun traitement face au groupe prenant un placebo

 

Références :

Havard Medical School : http://hms.harvard.edu/news/placebome

Trend in molecular medicines : http://www.cell.com/trends/molecular-medicine/abstract/S1471-4914(15)00043-X

NIH : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2359128/

Articles similaires

Tags

placebo psychologie médicament principe actif excipient

Réactions

Social Networks

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter

Qui sommes-nous ?

« Au même titre que l’Homo Sapiens, et les nouveaux termes Homo Numericus ou Homo Economicus, Homo Medicalus révèle un des aspects de l’évolution humaine. Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’avait été autant étudié, compris et assisté médicalement. Homo Medicalus, révèle notre nouvelle nature. Notre corps intrinsèquement naturel, subit aujourd’hui l’évolution de la compréhension de notre physiologie, et de la société, permettant une nouvelle évolution de nos comportements, qui, tout comme l’évolution, est irréversible».


Idris Amrouche