Bactérie et trouble de l'alimentation - Homo Medicalus

by C


Posted on 12 Oct 2014 at 22:21 1415


Bactérie et trouble de l'alimentation

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) tels que l’anorexie mentale, la boulimie, l’hyperphagie touchent environ 5% à 10% de la population générale sans que l’on connaisse les mécanismes biologiques en cause. Des chercheurs de l’Unité Inserm 1073 « Nutrition, inflammation et dysfonction de l’axe intestin-cerveau » (Inserm/Université de Rouen) révèlent l’implication d’une protéine produite par certaines bactéries intestinales qui serait à l’origine de ces troubles. "C'est fascinant comme une petite protéine peut influencer notre fonctionnement cérébral" précise avec un grand interet Pierre Déchelotte, directeur d'une unité de l'INSERM de Rouen.

Quelle est cette protéine?

Une protéine, sosie de la mélanotropine, portant le doux nom de ClpB, est produite par certaines bactéries, comme Escherichia colia, bactérie commensale de notre tube digestif. Cette protéine induit une réaction immunitaire par production d'anticorps contre la dite protéine. Du fait de l'homologie de structure entre l'hormone de satiété humaine et ClpB, cela induit une redirection des auto anticorps contre cette hormone avec comme conséquences deux effets : sensation de satiété atteinte (d'ou l'anorexie) ou n'est plus atteinte (Boulimie-Hyperphagie). Cependant, la protéine en elle même a des propriétés anorexigènes, c'est à dire qu'elle diminue l'apétit. C'est la réaction immunitaire qui pourrait induire une sensation de satiété.

Des inconnues encore présentes

"Il reste à déterminer les facteurs qui expliquent pourquoi la protéine bascule sur un effet de satiété ou au contraire sur un effet de faim" explique le directeur de l'INSERM. Des études sont encore en cours sur des souris. Mais celles-ci sont confrontées à certains facteurs encore inconnus : ces effets sont ils constants selon les individus, selon l'état de stress, l'état immunitaire...cela reste encore à déterminer.

De grandes perspectives de traitement pour l'avenir

"On réfléchit à des perspectives thérapeutiques à travers des probiotiques, ou des antibiotiques, mais on hésite encore". Le progrès majeur de ce genre de découverte, c'est de ne pas prendre en compte seulement le volet psychiatrique des TCA mais aussi l'axe cerveau-intestin, avec un microbiote très varié et riche. D'autres perspectives de dépistage sont dans les tuyaux : "Nous travaillons actuellement au développement d’un test sanguin basé sur la détection de la protéine bactérienne ClpB. Si nous y arrivons, il permettrait la mise en place de thérapies spécifiques et individualisées des troubles du comportement alimentaire » nous expliquent Pierre Déchelotte et Sergueï Fetissov, auteurs de cette étude.

Les espoirs pour l'avenir sont le traitement par neutralisation de la protéine ClpB par des anticorps, sans affecter l'hormone de saitété, ce qui serait contre-productif. Le dépistage, grande figure de la prévention serait aussi l'un des enjeux majeurs de ces études.

Articles similaires

Réactions

Social Networks

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter

Qui sommes-nous ?

« Au même titre que l’Homo Sapiens, et les nouveaux termes Homo Numericus ou Homo Economicus, Homo Medicalus révèle un des aspects de l’évolution humaine. Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’avait été autant étudié, compris et assisté médicalement. Homo Medicalus, révèle notre nouvelle nature. Notre corps intrinsèquement naturel, subit aujourd’hui l’évolution de la compréhension de notre physiologie, et de la société, permettant une nouvelle évolution de nos comportements, qui, tout comme l’évolution, est irréversible».


Idris Amrouche